Indice de bonheur moyen

14,22 €
un roman implacable et percutant sur la crise économique portugaise des années 2010
Qté:
Add to Wishlist

Imprimer

Je vous présente un livre que je n'aurais jamais cru aimer moi-même, j'avoue. Ceux qui me connaissent bien savent que je ne suis pas une grande fan d'une certaine littérature contemporaine un peu nombriliste avec des personnages de losers ordinaires.

Et pourtant, on est en plein dans cette veine-là avec ce roman. On y suit Daniel, archétype du "cadre moyen" qui va peu à peu perdre les pédales après avoir perdu son boulot, lors de la crise économique qui frappa le Portugal en 2010.

Là où se différencie ce roman d'autres bouquins du même genre - et qui fait que je l'ai lu en une seule nuit, alors que c'est un bon gros pavé de plus de 400 pages - c'est que j'y ai cru à chaque moment. Même quand Daniel se met dans des situations absolument absurdes, le livre nous embourbe tellement avec son personnage qu'il nous fait croire que ces situations sont "normales" et que cette dégringolade du personnage était en quelque sorte inévitable. Surtout, le livre raconte avec talent le côté implacable du système et l'absurdité totale de cette crise qui va broyer les gens sans même que ces derniers ne s'en rendent compte. Ça suinte le désespoir et l'impuissance, c'est étrangement prémonitoire sur certains aspects de notre société actuelle, bref, c'est un des livres les plus frappants et les plus glaçants quelque part que j'ai pu lire sur la désillusion contemporaine.

Pourquoi j'ai aimé ce livre ? Pour son récit qui m'a happée, pour son personnage que j'ai aimé alors qu'il est à mille lieues d'être aimable, et encore une fois, pour cette façon de décrire la crise d'une façon absurdement vraie qui m'a vraiment surprise et bluffée. Pourquoi je ne l'ai pas proposé dans les abonnements ? Parce que Daniel agit parfois comme un sale type et qu'il y a beaucoup de gros mots haha, et que je sais que tout le monde n'aime pas ça. Mais pour ceux qui sont curieux de ce type de littérature contemporaine, je suis vraiment ravie de partager ce roman avec vous.

Si je peux le comparer à d'autres œuvres pour l'aiguiller un peu, le style m'a un peu rappelé Le coeur par effraction (que je sais un certain nombre d'entre vous n'avait pas aimé, mais je maintiens quand même mon affection pour ce livre ;-) ) et l'histoire l'excellent film d'Antoine Russbach, Ceux qui travaillent, pour la dégringolade du cadre ordinaire.

Indice de bonheur moyen a été envoyé le premier livre envoyé via la Sélection Parallèle en février 2020

Résumé éditeur :

Daniel a un plan, une sorte de journal intime de l'avenir, dans lequel il anticipe toutes les étapes de sa vie. Parfois, il lui a bien fallu revenir en arrière et faire quelques ajustements mais globalement, tout se passe comme prévu. Jusqu'à ce que la crise frappe de plein fouet son pays, le Portugal...

"Dans un style très personnel, David Machado confirme qu'il est un excellent interprête du corps et de l'âme"
Ruadebaixo

"Roman rédempteur, qui montre les voies possibles pour affronter la peur et le pouvoir libérateur des moments partagés"
Deusmelivro

Prix de la littérature de l'Union Européenne

David Machado
Romancier portugais, est né en 1978 à Lisbonne. Il publie, chez le même éditeur, Laisser parler les pierres et Des abeilles sous la peau. Il est le "plus grand espoir de la littérature portugaise" selon le critique littéraire Joäo Bonifácio

Les Editions de l’Aube ont été créées en 1987 par un groupe d'intellectuels, de chercheurs et d'écrivains qui voulaient participer à l'essor de l'édition en province. Le cœur du projet était d'éditer des créateurs dissidents, contestataires, des essais d'actualité et des ouvrages sur l'aménagement des territoires. A Exploratology, nous aimons particulièrement leur collection de littérature étrangère notamment centrée sur l'Asie et le Moyen-Orient. 

Ça vous intéressera aussi ?Jolies Nouveautés

Menu
Fermer
Panier
Fermer
Retour
Compte
Fermer